2017 approche et m’effraie

Les timeline de Facebook se politisent de plus en plus. Chacun y va du soutien de son candidat adoré. Et pourtant tout cela ne me rassure pas.

Les gens semblent soudainement pris d’une amnésie passagère où tous les candidats ou prétendants deviennent de miraculeux propriétaires de solutions que d’autres des mêmes cercles n’ont pas.

François Fillon est devenu le candidat officiel de droite, il a battu plusieurs prétendants dont Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. C’est un nouveau François, je ne voudrais pas avoir d’a-priori mais j’ai un léger sentiment d’amertume avec ce prénom, les deux derniers avec ce prénom qui ont accédé au Palais ne m’ont pas laissé de grands souvenirs… Au delà de ce détail, je sers surtout des lèvres en lisant son programme, je pense que les français, même les plus optimistes, ne se rendent pas comptes du drame que pourrait apporter certains choix. Le chômage dégressif à l’heure de la destruction massive d’emplois, la limitation au niveau de la sécurité sociale, à l’heure des burn-out… Ce genre de décisions pourraient mettre un nombre conséquent de français dans une situation dramatique. Je ne crois pas que ses promesses puissent arranger la situation du pays, peut-être quelques actions mais probablement pas celles qu’il souhaite mettre en place. Obliger à travailler plus longtemps, à l’heure où les emplois disparaissent, réduire le nombre de fonctionnaires, là aussi utopie, ce n’est pas la réduction du nombre qui est attendu, c’est plus l’affectation des fonctionnaires. Probablement qu’il serait plus judicieux de revoir les effectifs à la hausse côté enseignants et médecins et réfléchir à diminuer les échelons…

Beaucoup d’autres ne sont pas allés voter à droite et préfèrent opter pour La Marche, c’est une bonne chose de marcher. Emmanuel Macron est une option que nombreuses personnes retiennent, mais ce n’est pas non plus sans oublier quelques éléments qui posent problème.

Emmanuel est parmi les politiciens perchés, parmi les élus bobo parisiens qui ne connaissent probablement pas la réalité du peuple et les problèmes quotidiens. Travailler dans une banque d’affaires en haut de la pyramide n’est pas donné à tout le monde mais vous fait partir rapidement dans une sphère loin des problèmes réels du français.

Je craindrais trop d’un tel candidat qu’il ne nous ponde des réformes qui soient semblables à certaines réformes déjà en place qui me pourrissent la vie. Je n’aime pas les nouveaux horaires de l’école, contraint de faire garder mes enfants à partir de 15h45 a un coût contrairement aux promesses, la garde n’est pas gratuite…

Je ne parle pas non plus de l’idée d’exploser les 35h. Donc avant nous travaillions 39h, un jour une politicienne a eu l’idée de réduire le temps de travail sur un principe théorique que si chacun donne un peu de temps des emplois seront créés. Et après quelques années coûteuses pour tous, nous supprimerons cette idée, sans retour sur les acquis. Nous serons alors sur une régression sociale, perte de revenus, charges, réadaptation…

Je veux bien me lever et marcher mais pas avec lui, ni même avec Marine. L’option extrême droite n’est pas une option. Quoiqu’il arrive, choisir cette option est inenvisageable, je ne peux pas valider de choisir une candidate qui opte pour l’exclusion. L’amour reste la solution.

Les candidats d’extrême gauche ne sont pas non plus des options, Même si leurs discours sont attirants car ils maîtrisent leurs sujets, leurs actions seraient trop radicales et ces gens-là seraient prioritairement descendus par les puissants.

La France a besoin d’un candidat qui réunisse quelques critères:

  • l’amour de la culture et de l’histoire de France, sans renier les passages plus sombres,
  • l’acceptation des différences, couleurs, religions, amours, origines…
  • l’accueil des autres dans la souffrance, même avec contrôle et rigueur, mais accueillant tout de même,
  • l’ouverture sur le digital et la compréhension de ce qui se passe, car nous vivons une révolution qui va chambouler l’emploi et nos vies,
  • l’acceptation que les nouvelles générations n’ont pas le même rapport ni au travail ni à l’entreprise,

L’amour et la bienveillance sont quoiqu’il en soit les solutions pour passer cette épreuve.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.