Ressentir et vivre

Fort est de constater que nombreuses sont les personnes qui n’aiment pas entendre parler d’hypersensibilité. La plupart des gens qui n’aiment pas le terme sont convaincus qu’il n’est qu’une création artificielle de spécialistes pour justifier l’attitude déconcertante de certains face à une émotion.

Concrètement, l’Homme quand il est face à une émotion, par l’intermédiaire d’un stimulus, déclanche un mécanisme qui par une suite d’effets et de comportements signal à son environnement ce que chacun appelle une émotion. Ainsi par exemple, quand on se fait mal, on va schématiquement frotter la zone douloureuse, crier et parfois même pleurer. Les stimuli agissent et le corps réagit.

Là ou la dissonance apparait avec un hypersensible dans son environnement c’est quand on parle de seuil de stimuli. Un individu lambda a généralement besoin d’un seuil de X pour réagir et/ou éprouver une émotion. Un hypersensible aura vraisemblablement besoin de 1/10X pour obtenir la même réaction. Il apparaitra alors deux effets possibles.

Soit, dans le premier cas, l’hypersensible va réagir de manière démesurer car les stimuli sont trop forts à ses yeux et donc il ressentira le besoin de laisser sortir les émotions qui le submerge. Généralement cet éclatement d’émotion va créer une étonnement de l’environnement qui sera étonné et totalement déconnecté du ressenti constaté par l’hypersensible. Cette situation fait souvent apparaitre des réactions du type “ça ne va pas” ou “ne t’emporte pas comme ça” …

Soit, dans un second cas, l’hypersensible, par peur de réagir de manière démesurée, va encaisser les stimuli et se laisser ravager intérieurement. Ainsi de l’extérieur les personnes ressentiront un manque de sensibilité qui se traduit en réalité par une volonté de contrôler les émotions de peur de perdre le contrôle sur les réactions. Ce comportement est généralement la conséquence d’effets indésirables subits suite à la réaction jugée exagérée à une émotion. L’hypersensible est alors classifié dans la catégorie insensible. A tort. Car en réalité ses émotions sont toutes présentes mais ne participent plus à l’épanouissement du corps et de l’esprit.

Dans le cas du contrôle des émotions, refreiner les paroles et réactions créée des blocages internes qui vont agir sur l’organisme. Ces maux vont alors être stockés dans les organes et devenir des sources de maux physiques. Vous allez alors vous retrouver avec une personne qui a des douleurs chroniques aux genoux, aux épaules ou aux coudes, qui développe certaines maladies, simplement parce que pendant des années elle a stocké ses émotions et qu’à un moment le corps a besoin de les expulser. Ce que vous faites subir à votre corps, votre âme vous le rend.

La démarche de réparation est relativement simple, même si elle est longue et souvent couteuse en énergie. Il est nécessaire de vous exprimer, dans un premier temps il peut s’agir de faire un sport de combat ou du jogging pour pouvoir extérioriser les émotions par l’intermédiaire de votre corps. Cette démarche est nécessaire pour éviter d’arriver à une situation qui vous dépasserait. Le genre de situation qui pourrait vous placer en position difficile à vivre, par exemple si votre corps décide contre votre gré de réagir à une émotion, ou de vous imposer un choix que vous n’auriez pas voulu. Ce sont les premiers effets qui mènent au burn-out, à la dépression ou aux crises d’angoisse.

Prenez soin de vos émotions et accompagnez les sainement de votre corps vers votre âme en les exteriorisant. Votre coeur sait, votre corps suit.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.