pexels.com

Statistiquement

Je suis né pour être atypique, je n’y suis pour rien, à chaque fois que je regarde les chiffres, je suis un atypique.

Dès ma naissance, avant même de m’être pointé, je suis déjà classé dans les atypiques, ce n’est pas ma maman qui m’a mis au monde, ou plus précisément je suis bien sorti de ma maman, mais c’est une sage femme qui a poussé, en appuyant sur le ventre, ma mère était dans le jus, impossible donc de pousser. Me voilà arrivé donc dans cette “très faible proportion” (propos que j’ai obtenu d’une sage femme) de naissances spéciales.

Depuis la naissance, je suis roux, un petit rouquin devenu grand rouquin, ce qui me place dans une proportion de 5% de la population, là encore j’ai beau essayer de minimiser, un roux se démarque, il dénote, on le remarque. Ne serait-ce que visuellement…

A l’école, je faisais parti de ces 3% d’enfants qui sont intelligents mais ne réussissent pas. Ces enfants qui comprennent mais ne restituent pas comme le corps professoral l’attend. Ce petit groupe d’enfants qui souvent subissent les moqueries car ils sont vus comme “idiots” et sont souvent victimes de brimades. A une époque même, ces enfants étaient ceux qui redoublaient les classes car les professeurs estimaient que ces enfants “étaient à deux doigts de réussir parfaitement”…

Bac en poche j’ai décidé de poursuivre mes études, par un IUT, à mon époque avec un bac techno nous étions moins de 10% à choisir cette filière, dans ma promotion à l’IUT nous étions 3 sur 200 à venir d’une filière technologique. Les profs nous répétaient d’ailleurs à longueur de temps qu’il fallait bosser car pour nous le diplôme n’était absolument pas acquis. Passons… je l’ai eu et je n’ai pas fini dernier (loin de là).

Après le DUT, à mon époque la majorité se dirigeait vers la vie active, l’autre grande section se dirigeait vers les concours passerelles pour poursuivre les études en écoles de commerce. Nombreux sont mes camarades de promo qui ont enchaîné avec l’INSEEC ou une ESC pour viser ce qui à l’époque était le Graal des études commerciales/marketing. Moi j’ai fait parti de la très faible minorité qui a choisi de se réorienter. Nous sommes 4 dans ma promotion à avoir choisi une voix transverse, j’ai choisi la grande-diagonale. Un bac techno en informatique, un dut commercial et me voilà parti vers une école de fiscalité à l’international…

En général les étudiants qui choisissent une voie, restent dans cette voie, la majorité en tout cas. Je n’étais pas satisfait de mes années d’études en finance, fiscalité ; non pas que l’école n’était pas intéressante, loin de là, mais simplement, ça n’était pas mon truc. J’ai donc choisi encore une fois de bifurquer, ce que je suis le seul de ma promo à avoir fait. J’ai choisi de continuer mes études dans l’informatique. Quoi de plus normal que d’être accepté en maîtrise (équivalent Master 1 aujourd’hui) d’informatique quand on vient de finance. Evidemment mon passé de geek et fils d’informaticien m’a nettement servi, cela faisait des années que je développais des sites et formais des gens à l’outil informatique alors que mes camarades de promos étaient plutôt dans le business, la négoce…

Maîtrise en poche (major de promo et félicitations du jury en passant) j’ai choisi de continuer. J’ai réussi à entrer dans un executive MBA à l’ESG, j’ai choisi un MBA alors que l’administration me poussait à en choisir un autre. Concrètement à l’époque il y avait 2 MBA informatique : le premier très orienté tech le second mi tech mi management, je voulais intégrer le second quand les profs voulaient que j’entre dans le premier. Je me retrouvais donc le seul de ma promo au profil “geek” au milieu de marketeux. Encore une fois, statistiquement en minorité.

En terme de profile, je suis atypique également, on dit que 2% de la population a un QI supérieur à 130, répartition gaussienne (pour les matheux), je fais parti de ces 2% , allez encore une fois j’suis dedans, les deux pieds dedans…

On dit qu’approximativement 2% de la population pourrait être inclus dans le Spectre Autistique, là encore je suis dans ces 2%… Ce qui statistiquement si je ne me trompe pas, me place dans un rapport à 1 pour 10'000 personnes qui auraient mon profil (thqi + aspi) Là encore statistiquement en minorité largement…

Dans ma vie privé, ma vie fait de moi également un homme minoritaire, je suis marié et heureux depuis 16 ans avec la même femme, si j’en crois les études sur les divorces, séparations et remariage, je ne suis pas une exception mais je suis loin d’être dans la majorité…

Avec ma moitié, nous avons fait le choix d’avoir des enfants, nous avons 4 magnifiques enfants, là encore les stats ne trompent pas, si j’en crois l’INSEE, 4,7% des familles traditionnelles ont 4 enfants ou plus.

Je pourrai continuer longtemps, mais je pense que vous avez compris, je n’ai pas l’habitude d’être “comme tout le monde”, je me démarque, je ne le fais pas exprès mais c’est ainsi, globalement je suis à chaque fois dans le bloc minoritaire, ce qui fait que souvent je suis incompris ou alors jugé, probablement parce qu’il est difficile pour un autre de transposer et de comprendre les différences.

Pourtant je continue à penser que

Les différences alliées font nos forces.
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.