Structure et déconfiture

L’actualité est un vecteur fort d’émotions entrantes. C’est une source permanente d’interrogation existentielle sur notre vie et le positionnement de notre être par rapport aux autres animaux ainsi que par rapport aux autres Hommes. J’ai parfois du mal à utiliser l’expression “mes semblables” non pas par condescendance mais simplement parce que j’ai fréquemment du mal à me positionner. Je ne sais pas si je suis dépité ou si je suis totalement à côté et dans une autre dimension.

Je vois les dirigeants, la classe politique, les élus et les gouvernants qui agissent sans réellement prendre en considération la réalité du terrain ni les problème de chacun et je m’interroge sur la valeur de l’attitude. En tant que manager, je transpose la situation à l’entreprise et je vois deux possibilités.

Première hypothèse possible, le dirigeant n’est pas intéressé par l’opérationnel et ne se souci pas de ses préoccupations. Il impose une feuille de route et des décisions sans prendre en considération les contraintes et les réalités qui concernent les exécutants. Son rapport à la réalité est contenu dans sa vision du monde et de l’itinéraire. Son objectif est clair dans son esprit, il connait la destination et reste persuadé que son chemin est le bon. Le temps est alors un excellent marqueur de positionnement. Le raisonnement de fond de sa valeur est dissocié du rapport humain et plus attaché au temps, sa force réside dans sa confiance.

Seconde hypothèse, le dirigeant connait des informations et des contraintes que les exécutants ne connaissent pas . Si les contraintes ne sont pas les mêmes, il y a de fortes probabilités que les variables d’ajustement et les conclusions ne soient pas les mêmes. Probablement alors que le marqueur intentionnel est plus lié à la transparence et la communication. Dans ce cas, le rapport humain est encore en dyssynchronie. Le rapport temporel est cette fois-ci également dissocié entre les exécutants et le dirigeant. Chacun navigue avec son échelle de temps.

Transposées à la gouvernance et le monde politique, ces hypothèses créent vraisemblablement les dissonances entre les électeurs et les élus. Le marqueur est alors à synchroniser. Il devient important de synchroniser l’échelle temporelle entre les électeurs et les élus. Il devient également important de synchroniser les variables d’ajustement (les contraintes).

Le rapport à l’actualité est alors une source de conflit intérieure en connaissance de ces dyssynchronie. Partant de ce principe, vos options sont ouvertes. Vous pouvez creuser une information pour vous mettre à niveau en terme de contraintes: accès aux données sensibles, gouvernementales, données classées, données légales etc. Vous pouvez aussi réajuster votre échelle temporelle et vous positionner avec une échelle identique à celui de l’élu concerné.

N’oubliez pas que votre analyse de valeurs est intuitivement liée à la fois à votre échelle temporelle et votre synchronicité des contraintes.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.